Où atterrir? Les Nouveaux Cahiers de Doléances (NCD)

Le territoire du XXIème siècle est un territoire abstrait, mais aussi réticulaire et multiple, d’où notre difficulté à le décrire, à le visualiser et à le représenter. La question du sol « qui se dérobe sous nos pieds » devient centrale dans la définition de notre rapport au monde. Le projet des NCD (Nouveaux Cahiers de Doléance) propose d’expérimenter une méthodologie de description de ce territoire du XXIème siècle à partir du terrain de vie (ou territoire de subsistance) de chacun d’entre-nous. L’introduction de la subjectivité et la multiplication des points de vue provoquent une pixellisation du monde dont il s’agira de représenter la matérialité. « La fin de l’espace » nous interdit en effet de nous contenter d’un relevé physique qui tiendrait dans des frontières et nous impose de questionner nos outils de description. Sur une idée de Bruno Latour et suite à son livre Où Atterrir? (La Découverte, 2017), nous avons entrepris des ateliers d’orientation en politique avec des groupes de citoyens-experts. Les objectifs sont:

1- La description préalable des formes d’attachement à un territoire précis par chacun et chacune des citoyennes-expertes ;

2- Des formes renouvelées d’appropriation et de représentations des enjeux publics ;

3- La visualisation d’un territoire dont la description a été mise à jour par une série de cartographies alternatives.

La boussole. SOC 2020
Manuel de la boussole. SOC 2020
Extrait du manuel de la boussole. SOC 2020
Portrait Studio Photo

En tant que projet pilote, l’expérimentation menée en Région Centre Limousin avec une cinquantaine de participants d’horizons, d’âges et de métiers différents, a permis l’invention d’une série d’outils et de protocoles produits avec et inspirés par les habitants, afin que chacun.e puisse décrire une entité menacée du territoire et par ailleurs essentielle pour sa propre subsistence. 

Ci-contre l’outil ‘boussole’ permet de se repérer dans le flux d’actions et des valeurs, de reconnaitre ses amis et ennemies (ceux qui peuvent me soutenir et ceux qui peuvent empêcher mon action), et surtout de les partager au sein du collectif provisoirement assemblé. L’objectif est une écriture collective d’une doléance à porter jusqu’au niveau de l’Etat. Mais au fil de l’expérience, cet objectif s’est révélé plus compliqué que prévu du fait des divergences individuelles. Les premières étapes visaient donc à fournir aux citoyens-experts (de leur territoire) des outils stratégiques d’écriture ou de carte, comme des abaques, outils de mesures, afin de décrire très précisement leur dépendances et les menaces. Chacun.e avait ensuite pour mission de mener une enquête sérieuse et de mesurer la distance entre son concernement et ceux des autres (pour cela d’autres outils cartographiques scéniques comme ceux montrés ci-contre ont développés par SOC). Se dessine ainsi progressivement un autre territoire, non plus celui administratif, mais celui faisant état d’un assemblage hétérogène et aux métriques défiant les repères conventionnels. Là encore, la visualisation des ces paysages superposés est essentielle pour la reconnaissance de ce qui compose aujourd’hui un territoire. 

Recherche-action, région Limousin, territoire rural Ville de St Junien et de la Chatre. quipe : SOC, S-Composition, Bruno Latour. Financement : Ministère de la transition écologique et solidaire

Où atterrir à Ris Orangis, 2020
La deuxième séance à Ris Orangis: la boussole au centre et le positionnement de chacun.e en fonction d’un des concernements (pour des raisons sanitaires le positionnement corporel a été remplacé par des papiers de couleurs). Photo frédérique Vivet (vidéaste du projet)

Se situer avant, pour s’orienter ensuite. L’objectif des Cahiers de Doléance est pour nous de visualiser et de partager les terrains de vie pour faire l’expérience de la construction d’un monde commun par la métamorphoses des appartenances. A la suite du projet pilote Où Atterrir en région Centre, nous déployons une partie de ces outils à Ris Orangis sur une demande de la Ville et rassemblant des acteurs variés de la ville. La série de protocoles SOC se déroulent au cours d’une série d’ateliers. La scène apporte une dimension solennelle à l’assemblée et les outils cartographiques se déploient dans l’espace.

Recherche-action, Ville de Ris-Orangis, Ile-de-France. Équipe : SOC, Bruno Latour, Clémence Hallé. Video: Frédérique Vivet. Financement : Ville de Ris-Orangis

Carte des puissances d’agir, atelier Où atterrir. SOC 2020

La série d’ateliers avec les citoyens-experts donnent lieu, à chaque étape, à une retranscription de la séance et à une cartographie explorant les différents aspects de la séance. Ainsi une série d’outils et de protocoles cartographiques ont pu être inventés et testés et correspondent aux étapes progressives de définition du territoire par les citoyens-experts. Chaque carte est le résultat d’un dispositif scénique, ou d’un récit d’enquête. Les boussoles, les abaques des inquiétudes, la carte des puissances d’agir, les cartes récits d’enquêtes et la carte des paysages superposés sont ces objets-espaces générés à partir des descriptions des territoires de subsistance. 

La carte des puissances d’agir ci-contre est le résultat d’une séance où les participants décrivaient leurs actions (positives ou négatives) en faveur ou défaveur de l’entité ‘humus’ identifiée comme menacée sur le territoire par un des participants. Au centre l’existence du sujet de préoccupation est soumise aux actions quotidiennes de chacun.e. La carte rend visible ces tensions et les énonce afin que chacun.e puisse se positionner par rapport aux autres et ainsi repérer ses alliées ou ennemies en vue de formuler une doléance ou non par rapport à cette entité menacée.

Projet Où atterrir?

Questionnaire en ligne: Où atterrir après la pandémie?