who & what

WHO

Trois électrons libres partageant leur temps entre projets d’aménagements (architecture, paysage, urbanisme), recherche et production d’objets, de cartes, de lieux… Nos divers centres d’intérêts et nos différentes compétences se compilent au sein de SOC pour former de nouveaux projets. En groupe ou en solo, les géométries des projets sont variables.

La plateforme SOC, flexible et évolutive, présentent nos différents projets, réflexions, actions, etc mais alimentent une problématique commune : qu’est ce qu’une représentation d’un territoire? Une carte, un objet, un objet-frontière? SOC répond avec ses trois membres ou chacun en solo à des appels d’offre, appel à contributions, organise des workshops, rencontre des collaborateurs, avec in fine le désir de partager des expériences et lancer des initiatives.


SOC développe des partenariats autour de projets de productions graphiques, littéraires, et spatiales (théâtre, installation)

>> Partenariats <<

WHAT


HOW

Le GIE, comme le groupement, permet à différentes disciplines de se regrouper dans le but de gagner en efficacité et en créativité pour répondre à des problématiques complexes. A la différence du groupement, le GIE permet de se regrouper autour d’une stratégie de projet durable, une vision globale plutôt que par opportunité pour répondre à un concours. C’est donc une structure intéressante dont il faut peut-être adapter et amplifier le principe. En effet, les pôles spécialisés développés en interne dans les agences visent à reconstituer ce même type de structure atomique; entre indépendance, spécialisation et cohésion avec un tout. Ces deux mouvements de développement de structure cellulaire (en interne: pôle spécialisé et en externe: GIE) amènent à réfléchir à la structure moléculaire comme modèle d’une équipe de projet. Dans cet environnement requalifié d’écosystème, la structure doit être adaptable, dynamique et résiliente. Elle aurait l’ambition d’être pluridisciplinaire, de fédérer autour d’une vision, de partager une méthodologie, et d’être donc porteuse de projet.

A partir d’une structure traditionnelle d’agence, on pourrait rendre progressivement autonome des pôles construits en interne ou laisser des espaces d’accueil pour d’autres nano-structures. Il s’agirait d’accueillir des greffes (organes manquants ou défaillant) pour rechercher des projets ou répondre à des appels d’offre. L’idée serait de créer une nébuleuse, adaptable aux fluctuations de la commande, équilibré d’un point de vue économique et résiliente aux aléas extérieurs. Cette structure pourrait être pro-actives, au fur et à mesure de ces compositions, décomposition et recomposition, dans les différents secteurs que nous avons présentés précédemment.